Autoroutes: l’autorité de la concurrence dénonce la « rente » des sociétés concessionnaires

Source: Photos Libres

Un article publié en juin dernier sur ce blog revenait sur la proposition de loi de sénateurs communistes visant à nationaliser les autoroutes. Nous commentions alors cette proposition, dénuée de toute chance de succès, mais certainement introduite dans le but de rappeler aux citoyens le scandale immense de la privatisation des sociétés d’autoroute au cours des années 2000 (le lecteur pourra trouver plus d’éléments de contexte dans cet article).

Il ne manquait, après cette proposition et un rapport assez accablant de la Cour des comptes, qu’un avis de l’Autorité de la Concurrence, organisme en charge de l’application des règles de concurrence en France.

Et cet avis est un élément supplémentaire démontrant à quel point la gestion des autoroutes dans notre pays est pour le moins atypique.

Si l’intégralité de ce document daté du 17 septembre 2014 est consultable en ligne (avec résumé), citons ici quelques passages intéressants…

« La France compte aujourd’hui 11 882 km d’autoroutes dont 9 048 sont exploitées, sous le régime de la concession, par 19 sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA). Parmi celles-ci, les sept SCA « historiques » représentent, à elles seules, 92% du chiffre d’affaires du secteur (8,9 milliards d’euros en 2013). A l’exception de COFIROUTE, filiale de Vinci, qui a toujours été une société privée, les six autres SCA « historiques » ont été privatisées en 2006 au profit des groupes Vinci, Eiffage et Abertis pour un montant total de 14,8 milliards d’euros »

Et l’autorité de la concurrence de pointer une « rentabilité exceptionnelle des sociétés concessionnaires » :

« Sur la base des comptes consolidés des SCA « historiques », l’Autorité a constaté que l’augmentation du chiffre d’affaires des SCA depuis 2006, nourrie par l’augmentation continue du trafic et du tarif des péages, apparaissait largement déconnectée de leurs coûts. Par conséquent, la rentabilité nette des SCA est très élevée puisqu’elle a atteint en 2013, selon les sociétés, entre 20 et 24% de leur chiffre d’affaires. En d’autres termes, pour 100 € de péages payés par l’usager, entre 20 et 24 € sont du bénéfice net pour les concessionnaires d’autoroutes »

Parmi les préconisations de l’Autorité : mieux partager les bénéfices, renforcer la concurrence dans l’attribution des marchés de travaux sur autoroutes (éviter que chaque concessionnaire ne se les attribue automatiquement) et revoir l’indexation des tarifs de péage.

Ajoutons qu’au-delà d’éventuelles contraintes juridiques que certains voudraient faire passer comme incompressibles, c’est encore et surtout une volonté politique forte qui fera bouger les choses.

L’Etat ne peut certainement pas tout, mais il peut beaucoup… surtout s’il s’agit de protéger ses citoyens. Alors, à quand la « déprivatisation » des autoroutes ?

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s